Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 08:00

le-defi

 

Je réponds au défi lancé par Hauteclaire :

 

Il ou elle a disparu dans des circonstances étranges, tragiques, mystérieuses. L'histoire dit que ses jours se sont arrêtés, et que le livre est fermé.

Pourtant ....

Vous avez retrouvé un document, une archive, dans le fond de votre grenier, dans un rayonnage de bibliothèque poussiereux, et maintenant vous savez.

Vous savez que il ou elle n'a pas fini ses jours comme il a été dit, que tout n'a pas été dit, et que cette personne a vécu , ailleurs, dans le secret.

Il est temps de lever le voile, à vous de le faire ! De nous dire comment c'est arrivé et  ce que cette personne est devenue, après ...

 

 

Il n'y a pas de hasard

 

 

Mon très cher frère,

 

 

C'est étrange comme la vie peut parfois vous surprendre...

A 80 ans passés, on en n'attend plus grand chose, on se dit que le plus gros de notre existence est derrière nous, on vit au jour le jour pour ne pas penser à demain alors qu'on s'accorde parfois une escale dans le passé. Ce passé qui est soudain redevenu mon présent et que je veux inscrire dans mon avenir, aussi court soit-il. L'histoire est loin d'être terminée, comme j'imaginais qu'elle l'était. Cette lettre est une page que j'ajoute au livre de ma vie, une page que je te dédie, une page qui, je l'espère, sera suivie d'une autre au dénouement heureux.

 

 

C'était au mois de Février, je m'en souviens comme si c'était hier. Nous étions assis au salon avec papa et maman, à discuter des mille petits riens qui avaient emplis notre journée, banale, comme les autres pensions-nous. Tu devais rentrer sous peu, nous devions aller dîner tous ensemble pour fêter la naissance de Victor, quelques jours auparavant. Nous nous réjouissions, nous ne savions pas que tout allait basculer. Pas encore.

Lorsque maman a répondu au téléphone, j'ai su que plus rien ne serait comme avant. Un long frisson m'a parcouru et le temps a semblé s'arrêter, figeant tout autour de moi dans la pièce les images, les odeurs, les sons, les expressions des visages, les postures de nos corps, les derniers mots insousciants prononcés.

J'avais 15 ans, et nous ne fêterions jamais plus notre anniversaire ensemble. Nous ne nous chamaillerions jamais plus pour le choix de notre gâteau, la couleur de nos bougies, la liste des gens à inviter. J'avais 15 ans et je découvrais trop tôt la douleur de perdre un être cher, toi...mon jumeau.

 

Je ne me souviens pas des jours qui ont suivi et à peine des années qui se sont écoulées ensuite. Dans notre maison le temps n'a jamais repris sa course. Nous avons traversé la vie sans la voir, en silence et dans la plus grande indifférence. J'avais peut-être 20 ans la première fois que j'ai souri de nouveau. Je venais d'entrer en fac de médecine dans l'optique de devenir médecin légiste, un choix dicté par ta disparition je suppose, disparition que je n'ai jamais acceptée malgré les preuves que l'on a bien voulu nous fournir à l'époque. Le lien qui nous unissait perdurait, j'étais certain que si tu avais vraiment trouvé la mort ce jour là je l'aurais ressenti. Aujourd'hui je sais que j'ai raison, mais sous la pression des médecins et psychologues d'alors, je choisis d'enfouir au fond de moi cette impression et d'accepter en apparence la version des faits officielle. Avec le temps je me suis convaincu que je divaguais sans toutefois parvenir à faire taire cette petite voix qui me soufflait que tu étais toujours vivant, quelque part dans ce monde. T'ai-je manqué autant que tu m'as manqué ? As-tu jamais regretté ton choix ? As-tu jamais été tenté de revenir, ne serait-ce que pour nous voir de loin ? Je trouverai sans doute bientôt les réponses à toutes ces questions.

 

C'est étrange comme le hasard fait parfois bien les choses...

Si je n'avais pas été m'asseoir sur le port ce matin, comme cela m'arrive rarement, je n'aurais jamais su que mon intuition était fondée.

Quand cette jeune femme s'est approchée de moi en m'appelant "papy" et en me demandant ce que je faisais là, j'ai eu l'impression de respirer vraiment pour la première fois depuis plus de 65 ans. Comme si tout à coup un poids m'était enlevé, comme si tout à coup je m'éveillais d'un vilain cauchemar et que la vie reprenait là où elle s'était arrêtée ce jour maudit de Février. Te rends-tu compte que je te retrouve à la date même où tu avais disparu ?

 

Il n'y a pas de hasard, je n'y ai jamais cru.

 

 

Johan

 

 

 

On ne peut pas dire que j'ai vraiment respecté la consigne à la lettre, mais j'ai pris du plaisir à écrire ce texte; Ce défi aura eu l'avantage de me remettre le pied à l'étrier. merci Hauteclaire :-)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Magalune - dans Histoires courtes
commenter cet article

commentaires

Jeanne Fadosi 06/01/2013 17:42

un texte fort et émouvant qui m'a échappé au moment de sa parution.
Une bien belle plume que celle de magalune
Tous mes voeux pour la nouvelle année sur les blogs ou surtout dans la vie de tous les jours

Magalune 09/01/2013 15:46



Merci beaucoup :-)


très belle année à toi :-)


bises



enriqueta 31/10/2012 11:29

Tricotine étant malade, elle n'a pas pu faire d'annonce pour mon défi n°89, par conséquent je pense qu'il faut qu'on se débrouille pour "faire tourner la bateau" en son absence. Par exemple, avec
la bonne vieille méthode du "bouche à oreille". Merci de ton éventuelle participation. Pour les Croqueurs de Mots.

Yves Lefèvre 19/10/2012 17:22

Le plaisir que tu as pris à l'écrire ce ressent à la lecture
Je me suis totalement laisser prendre par cet histoire

Magalune 23/10/2012 21:55



Et bien merci, c'est encourageant :-)



Tricôtine 28/09/2012 14:02

Bonjour Magalune, pour un pied à l'étrier... je trouve que tu as bien tenu sur le dos du cheval !!! j'ai beaucoup aimé ça laisse tant d'espoir au final !! bravo !

Magalune 10/10/2012 16:12



Merciiiii :-)


A bientôt



olga.au-coeur-des-mots.over-blog.com 27/09/2012 08:39

Bonjour Magalune,
Ce texte sur la séparation, sur le gémellité, est magnifique de tendresse et d'espoir. La séparation de jumeaux doit être terrible, mais peut-être nécessaire, tout du moins pour l'un d'entre eux
??? Pour pouvoir vivre, tout simplement...
Belle journée
Bises
Olga
Olga

Magalune 10/10/2012 16:12



Merci beauocup :-)


La gémellité m'a toujours fascinée et c'est tout naturellement que le thème s'est imposé à moi pour écrire ce texte.


A bientôt


bises



Présentation

  • : la plume de Magalune.over-blog.com
  •  la plume de Magalune.over-blog.com
  • : Quelques mots et histoires à partager, que ma plume capricieuse consent parfois à livrer.
  • Contact

Ecrire c'est...

« Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre, un morceau de ta chair reste dans l'encrier. »  

 

-Tolstoï-

AVERTISSEMENT

Toutes les photos utilisées sur ce blog sont prises au hasard sur internet. Si vous reconnaissez l'une des vôtres, n'hésitez pas à m'avertir si vous voulez que je la retire. je ne sais pas toujours quelles images sont libres de droit ou pas. Merci et bonne lecture !

Archives