Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 14:58

 

 

 

 

Le jour était en train de se lever, l'aube sur le point de grignoter les derniers lambeaux de nuit qui s'accrochaient encore dans le ciel, comme s'ils avaient compris qu'elle aurait voulu retenir cet instant là entre tout autre, entre deux eaux, entre deux rives, entre deux mondes.

 

Le jour était en train de se lever et déjà elle regrettait ces heures sombres propices aux confidences, au laisser-aller, à la libération de l'âme. Ces heures durant lesquelles, enveloppée par les ombres, bercée par le scintillement discret des étoiles et le halo de la lune, elle avait pu être elle-même, sans artifice, sans faux-semblant, débarassée de cette retenue qui l'incitait d'ordinaire à présenter au monde un visage qui ne lui ressemblait pas.

 

Tandis que la clarté pâle du soleil émergeait pour saluer ce nouveau jour, enroulée dans son plaid moelleux, elle eut l'impression de s'éveiller à la vie consciente pour la première fois depuis longtemps. Le silence avait remplacé les mots échangés à mi-voix tout au long de la nuit, la légèreté de l'instant s'évanouissait lentement ; il lui semblait presque pouvoir en suivre la progression ascendante à travers les cieux. Elle ferma les yeux pour profiter un peu plus longtemps de la douceur des heures passées, pour retenir encore un peu cette sensation de paix profonde qui avait empli son coeur, son corps et son esprit. Mentalement, elle se surprit à remercier la Nature de lui avoir accordé ce précieux répit, ce cadeau dont elle seule connaissait la valeur.

 

Lorsqu'elle rouvrit les yeux, son regard croisa le sien, doux, chaud, assuré, brillant d'un sourire complice à peine dissimulé. Un regard franc qu'elle n'oublierait pas, un miroir dans lequel elle avait aimé son reflet. Un instant éphémère, hors du temps, dont il lui avait fait don pour ajouter à son collier de vie. Collier encore peu fourni mais dont elle égrenait les quelques perles fragiles entre ses doigts pour se donner le courage d'avancer, pour se rappeller que les bons moments peuvent survenir n'importe où, n'importe quand, de la façon la plus inopinée, la plus surprenante qui soit. L'expression de son visage, bien plus que le "merci" qu'elle lui murmura, lui fit fit entrevoir celle qu'elle redeviendrait un jour et la reconnaissance qu'elle lui témoignait pour cet instant partagé.

 

Elle se leva, entra dans l'appartement, remit de l'ordre dans sa coiffure, lissa ses vêtements froissés, rassembla ses affaires éparpillées, se retourna une dernière fois pour faire un signe de la main à celui qu'elle ne reverrait sûrement jamais mais qui resterait à jamais gravé en elle et sortit.

 

Quand la porte de l'ascenceur s'ouvrit, une main sur son poignet lui fit tourner la tête. Il se tenait là, derrière elle, son sourire toujours caché au fond de ses yeux. Sans qu'un autre mot ne fut prononcé, il l'attira dans ses bras, leurs lèvres se rencontrèrent et un frisson les parcourut. Il la garda un moment contre lui avant de la laisser partir pour de bon.

 

Un baiser volé. Une autre perle à son collier.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Magalune - dans Histoires courtes
commenter cet article

commentaires

sweet 26/11/2012 08:15

superbe texte..tu m'as fait rêver par ce texte..
tant de gens peuvent s'y reconnaître.. merci pour ce beau moment..continue d'écrire

Magalune 28/11/2012 20:10



Merci :-) c'est un de mes textes favoris, un de ceux que je suis fière d'avoir écrits !


A bientôt


belle soriée



Yves Lefèvre 19/10/2012 17:16

Bonjour Magalie
Un instant de répit et j'en profite pour venir faire une petite halte chez toi
J'aime beaucoup cette façon très imagée d'écrire

Magalune 23/10/2012 21:55



Merci beaucoup :-) un des rares moments de plénitude de ma vie ces drnières années.



oliveretlemonde 25/09/2012 23:15

Ce texte pue tellement la vie dans chacun de ses mots que j'en chialerai ... Non, d'abord parce que je ne pourrais jamais admettre publiquement ma capacité à verser une seule larme, mais c'est un
peu ça l'idée, c'est que je ne lirai plus jamais une phrase qui n'est pas cette intensité, cette étincelle !

Magalune 10/10/2012 16:11



je prends ça comme un compliment, ces instants là sont tout simplement hors du temps, une bouffée d'air pur, une bouffée d'oxygène.


Bisous



Jonas D. 30/08/2012 11:07

La perle, Magalie, c'est toi ! Ton texte est touchant, bises
Jonas

Magalune 01/09/2012 12:01



:-) Bises Jonas, beau week end à toi



oliveretlemonde 28/08/2012 02:44

Non, ça n'a pas de prix, en effet...

Présentation

  • : la plume de Magalune.over-blog.com
  •  la plume de Magalune.over-blog.com
  • : Quelques mots et histoires à partager, que ma plume capricieuse consent parfois à livrer.
  • Contact

Ecrire c'est...

« Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre, un morceau de ta chair reste dans l'encrier. »  

 

-Tolstoï-

AVERTISSEMENT

Toutes les photos utilisées sur ce blog sont prises au hasard sur internet. Si vous reconnaissez l'une des vôtres, n'hésitez pas à m'avertir si vous voulez que je la retire. je ne sais pas toujours quelles images sont libres de droit ou pas. Merci et bonne lecture !

Archives