Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 09:41

 

 

La tête ailleurs, mâchouillant mon stylo,
Je réfléchis aux consignes du maître,
L'inspiration, aujourd'hui fait défaut,
Dans mon esprit, tous les mots s'enchevêtrent.



La poésie, même écrite en vers libres,
Doit respecter quelques règles de base,
Une élision, pour garder l'équilibre,
Ou un accent, bien placé dans la phrase.



Le professeur s'est armé de patience,
De mes erreurs, il construit ses leçons.
Au fil du temps je progresse en confiance,
Je rectifie, j'acquiers d'autres façons.



Sur ses conseils, j'améliore ma plume,
Je prends plaisir à écrire des rimes,
Parfois bien sûr, j'évolue dans la brume,
Mais c'est ainsi que l'on atteint les cimes.

 


 

3595-ecrire.jpg

 

Un merci tout particulier à Alain, à qui ce texte est dédié, pour avoir la gentillesse de me conseiller et de m'expliquer 2 ou 3 choses :-)

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 13:15

Surprise pour moi cette semaine en allant lire le blog D'allan ridley (dans ma liste de blogs préférés) : Je me suis vue attribuée un award pour "mon talent avec les mots et mes rimes qui tuent"' hi hi hi j'ai souri benoîtement en lisant ces quelques mots, parce qu'il faut bien le dire, ça fait toujours plaisir qu'on nous renvoie ce genre d'image !

Voici donc le logo de l'award en question puisqu'il semble être de tradition de le faire figurer dans l'article concerné.  Le jeu consiste donc, si j'accepte l'award, à vous raconter 7 choses sur moi. Je doute de pouvoir vous raconter ça aussi bien qu'Allan, avec qui j'ai l'impression de discuter chaque fois que je lis un de ses articles tant il écrit de façon spontanée et naturelle, avec cette petite pointe d'humour que l'on trouve même au coeur des articles les plus sérieux, et que j'aime tant :-)

 

7 choses donc.... pari qui semble anodin de prime abord mais qui m'a néanmoins demandé réflexion....car que dire ?!

J'ai donc choisi de partager avec vous ce qui me caractérise le plus. Allez, c'est parti ! 

 

1/ La petite enfance : C'est l'histoire de toute ma vie. j'ai toujours, toujours aimé, du plus loin que je me souvienne, accompagner les petits sur le chemin de leur vie. je suis l'aînée de 12 petits enfants et lors des réunions familiales, j'étais ravie de pouvoir m'occuper de mes cousins/cousines. j'ai souvenir aussi qu'à 8/9ans, j'avais, à l'école, un camarade qui avait des difficultés à apprendre ses leçons. Je me revois en train de les lui faire réciter sous le préau, à la récré. J'ai commencé à bosser dans les centres aérés et les crèches à 17 ans avant de trouver l'orientation qui me convenait le mieux. j'ai décroché il y a 6 ans mon diplôme d'Educatrice de jeunes enfants et travaille depuis dans une crèche qui me correspond totalement, puisque avons la particularité d'être bilingue franco-anglais et surtout, de pratiquer le portage en écharpe (qui participe on ne peut mieux, à mon sens, à l'accompagnement du tout petit dans sa découverte de la vie.)

 

2/ L'Angleterre : J'ai une tendresse particulière pour ce pays. Là-bas, je me sens chez moi, quand je prends l'avion pour y aller, j'ai l'impression de rentrer à la maison. C'est un des rares lieux qui me donne un sentiment d'appartenance. La plupart du temps, je me sens étrangère à mon environnement, mais pas là-bas. Pourtant ce n'était pas gagné d'avance ! A l'âge de 12 ans, mes parents ont choisi de m'y envoyer en séjour linguistique. J'étais désespérée, je ne voulais pas en entendre parler et je crois bien être partie en pleurant. Je suis revenue en pleurant également mais pour des raisons différentes cette fois : j'aurais voulu y rester, Une histoire d'amour venait de naître. j'y suis partie une fois par an jusqu'à il y 5 ans. j'y ai fait un séjour de presque 1 an aussi, comme jeune fille au-pair. ça aurait pu être l'opportunité que je recherchais pour aller m'installer dans le pays, malheureusement, ma famille d'accueil était loin d'être charmante et j'ai raté une opportunité à cause d'eux. je le regrette encore.....ça fait donc 5 ans que je n'y ai pas mis les pieds (depuis la naissance de ma fille) et ça me manque horriblement, loin de ce pays, je respire mal. J'aime l'ambiance qui s'en dégage, les paysages, et les habitants. Sous des dehors ultra-polis et lisses à l'extrême, ils sont d'une gentillesse étonnante de sincérité. Bref, vous l'aurez compris, l'Angleterre est mon grand amour :-)

 

3/ Les chats : Ah, les chats !!!! Là c'est une véritable passion !!! Ces boules de poils je les adore. J'ai toujours grandi avec des chats et ne peux pas m'en passer. Je suis du genre à me mettre à 4 pattes sous une voiture pour aller faire "gouzi gouzi" au chat qui est planqué dessous. je vous raconte une petite anecdote : ma mère, qui est infirmière, travaillait dans un grand hôtpital, divisé en plusieurs bâtiments ayant chacun leur spécialité. Je suis allée la voir, comme ça m'arrive fréquemment, et ce jour là, en ressortant, je vois 3 chats sur l'herbe. Je m'accroupis aussitôt, main tendue, pour les amadouer et  tenter de les caresser. Méfiants, les brigands sont allés se planquer sous un sapin qui était juste derrière. me voilà donc à 4 pattes devant le sapin, en train de parler etc vous imaginez la scène. peine perdue, les chats ne veulent pas sortir. je me relève donc et m'aperçois qu'un couple de civils me regarde d'un drôle d'air...Je réalise à cet instant que je suis juste devant le pavillon des urgences et du suivi psychiatrique.... La situation était assez cocasse, j'ai pouffé toute seule et suis partie, sous l'oeil soupçonneux de ce couple qui devait penser qu'on n'aurait jamais dû me laisser sortir hi hi

 

4/ Les couleurs : Les couleurs tiennent une grande place dans ma vie. "mais qu'est-ce qu'elle raconte celle-là !" devez-vous penser ! Il y a quelques années de cela (17 ans pour être précis), on m'a découvert une dégénérescence de la cornée qui a entrainé une perte de vision importante et a nécessité des greffes pour y remédier. sans cela, je serais aveugle aujourd'hui. Tout n'est pas rose (sans mauvais jeu de mot) mais j'ai retrouvé les couleurs ! Je ne voyais quasiment rien avant ma première greffe et j'évoluais dans un monde fait d'ombres noires et grisâtres. Très déprimant... Quand on m'a retiré le pansement, 3 jours après ma première opération, je suis restée sans voix un moment. Par la fenêtre de la chambre d'hôpital, je voyais un arbre. Un petit arbre à l'air malade et chétif mais un arbre  que je n'oublierai pas de sitôt, car je le voyais bien vert !! Quand je suis sortie me promener, j'ai contemplé les rares fleurs qui poussaient le long des parkings. Vous ne vous en rendez peut être plus compte, mais les fleurs, c'est magnifique, c'est éclatant de couleurs, c'est pour moi un petit bonheur sans cesse renouvelé de pouvoir les admirer, de pouvoir, tout simplement, voir le monde autrement qu'en noir et blanc....

 

5/ Les cimetières :"décidément, elle est bizarre..." Et bien oui, j'aime flâner dans les cimetières et j'assume !

Ce que j'aime en premier lieu, c'est le bruit du gravier sous mes pas, ça j'adore.. J'aime surtout le silence et la sérénité qui se dégagent de ces lieux. j'aime toutes ces pierres aussi différentes les unes des autres que l'ont été les personnes qui reposent dessous. j'aime ce mélange de couleurs que nous offrent les divers bouquets et compositions (les couleurs, encore). Je m'y sens bien, vraiment. Dans un cimetière, je me sens en paix, ce sont des lieux que je fréquente pour me ressourcer.

 

6/ La gourmandise : Voici une anecdote de mon enfance qui parle d'elle-même : Toute petite déjà, j'aimais manger, j'aimais les gâteaux. Mes parents régulaient mes demandes parce que j'étais une petite fille bien potelée. j'avais la fâcheuse habitude, en arrivant chez les gens, de demander des biscuits. Un jour donc, ma mère m'explique, avant que nous partions chez une tante éloignée, que je ne devais pas demander de gâteaux, que ça ne se faisait pas. En arrivant, je dis bonjour à la dame et je lui sors, le plus sérieusement du monde : "ma maman a dit que je ne devais pas réclamer de gâteaux" !! Honte totale de mes parents, éclat de rire de la tante qui m'a sorti la boîte entière :-) C'est resté, je ne résiste pas aux gourmandises, et comme je suis du genre franche et entière, quand j'ai trop envie de manger une douceur, ben je demande aux gens chez qui je suis si je pourrais avoir du pain ou une biscotte avec miel ou confiture ou pourquoi pas un biscuit s'ils en ont :-) l'avantage de fréquenter des gens avec des enfants, c'est qu'ils ont toujours une petite boîte à gâteaux ou à bonbons dans un placard. hé hé

 

7/ Franche et entière : ça, c'est moi tout craché. C'est assez paradoxal parce que je suis quelqu'un de timide, très mal à l'aise en grand groupe, et quand je rencontre quelqu'un que je ne connais pas, je me sens toujours très bête, sans savoir quoi dire. Pourtant si j'accroche avec la personne, je le lui dirais, si je ne l'aime pas, idem....Quand j'ai quelque chose à dire, je le dis, tel quel, ça ne plaît pas toujours, ça dérange ou ça met dans l'embarras, mais je suis ainsi. Pas de faux-semblant, pas d'hypocrisie, je ne sais pas caresser les gens dans le sens du poil et d'ailleurs, en matière de poils, il n'y a bien que les félidés que j'accepte de caresser !

 

 

 

Et bien me voilà parvenue au terme de ma liste. j'espère ne pas vous avoir trop ennuyés, on est loin des vers habituels et il n'est pas évident de se dévoiler devant un parterre d'inconnus !

Je me dois maintenant de désigner à mon tour 7 blogs de ma connaissance à qui j'attribue cet award. Si vous jouez le jeu, ce sera donc à vous de vous dévoiler, mais chacun fait bien comme il a envie, ne vous sentez pas obligés !

Voilà donc les 7 blogs en questions (7 est assez frustrant, j'en aurais mis bien plus. Tous ceux à qui je laisse des commentaires de manière ponctuelle ou régulière auraient mérité d'être cités).

Ah oui, j'aurais pu écrire aussi que je ne suis pas douée, surtout avec un ordi, je ne sais même pas mettre un lien avec le nom que je voudrais, donc désolée, le "link" vous mènera vers les blogs en question.

 

1/ Les chaises de Nina :link

2/ Oliveretlemonde :link

3/ Okonawa satoshi :link

4/ Nokomis :link

5/ Les mots écrits de Jonas doinint :link

6/ Mots de ma vie, Tony Yves : link

7/ Confidences d'une libellule, Elo : link

 

 

Repost 0
Published by Magalune
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 07:00

 

 

J'aurais parfois besoin d'écrire

Pour refermer certaines portes,

Pour confiner tous ces soupirs,

Pareils à mille feuilles mortes,

Et que j'entends trop souvent bruire

Pour que le son me réconforte.

 

J'aurais parfois besoin de dire

L'obscurité qui me terrasse,

Que je ne sais pas circonscrire

Et qui fissure ma cuirasse,

Qui empoisonne mes sourires

Et qui me rend si peu loquace.

 

Mais trop souvent les mots flétrissent,

Faute d'entrain et de lumière,

Avant que la plume n'esquisse

Cette danse si singulière

Qui réexpédie en coulisses

Ces ombres par trop familières.

 

Tom-Weber-Waves-of-Silence-II-142688.jpg

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 07:00

 

 

 

La pudeur m'empêchera de vous dire

Ce que je me permets de vous écrire,

Quelques mots simples qui devraient suffire

A témoigner de l'immense plaisir,

Que je cache derrière mes sourires,

A voir votre bonheur s'épanouir.

 

Votre histoire ne fait que commencer :

Contrairement à ces contes de fées

Qui se concluent toujours par un baiser,

Le plus beau reste encore à inventer,

Il y a tant de possibilités,

Tant de chemins à emprunter...

 

Je vous souhaite le plus grand bonheur,

Une vie pleine d'espoir, de douceur,

Et vous offre ces mots comme des fleurs

Dont j'ai choisi les plus belles couleurs,

En les imprégnant de mille senteurs

Qui s'accorderont à l'union de vos coeurs,

 

bonheur.jpg

 

Voilà le texte que j'ai écrit pour le mariage de mon beau-frère et ma belle-soeur et que je leur ai offert.

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 07:00

 

 

Au milieu des visages fermés, elles chantent

Au milieu de l'indifférence, méfiante

L'enfant fait passer la sébile, fuyante

Tandis que sa mère la regarde, absente.

 

Leur chant, une sinistre plainte, lancinante

Qui raconte la honte, sensation cuisante

De tendre la main, d'être des mendiantes

De ne pas compter, d'être insignifiantes.

 

Des mots qui pleurent, symphonie malfaisante

Paroles butées, harmonie dissonante

Expriment la peine, la blessure humiliante

D'en être là, de cette vie affligeante.

 

Leurs têtes baissée en disent long, éloquentes

Leurs bouches pincées, silencieuses, accablantes

Leurs mains serrées en un poing, blêmissantes

Et dans ma tête leurs regards, qui me hantent.

 

 

c0810

 

Un texte que je choisis de faire remonter, parce que j'en croise tous les jours de ces chanteuses et autres mendiants et parce que la même quastion me vient à chaque fois : que retiendront-ils de la vie tous ces gosses ? Quel genre d'Homme devienront-ils ? Des interrogations que j'avais posées dans "c'est ça la vie ?" mais qui me hantent régulièrement !

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 07:00

Bonjour à tous,

 

Un petit mot pour vous dire que je pars jusqu'à Dimanche. je viendrais vous lire dès mon retour :-)

Passez une bonne fin de semaine.

Amitiés

 

Mag

Repost 0
Published by Magalune
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 08:00

Pour la communauté "Croqueurs de mots"

Défi n°59 proposé par Jill Bill

 

 

 

Souvenirs de vacances

 

 

Les yeux fixés sur l'horloge de notre classe,

je rêvais déjà de ces deux mois à venir,

De liberté, de farniente et de grands espaces,

Qui me tiraient souvent quelqu'impatients soupirs.

 

Quand la cloche tant attendue avait sonné,

L'imagination magnifiait la délivrance,

Et dans la voiture familiale bondée,

Je chantais « en route pour les grandes vacances ! »

 

Je me souviens d'un été en particulier,

Accompagnée de ma soeur et de ma cousine,

Loin des pupitres en bois et de nos cahiers,

Nous avions l'impression d'être des héroïnes !

 

Nous passions nos journées à jouer sur la plage,

A nous éclabousser, à courir, à nager,

Parfois même nous nous inventions un langage,

Commun aux princesses d'un royaume éloigné.

 

Nous nous endormions la tête pleine d'étoiles,

Peuplée de mille rêves audacieux.

Sous le ciel de nos nuits, nous hissions la grand voile,

En route vers de nouveaux mondes mystérieux.

 

Il me reste en mémoire de sacrés fou-rires,

Des images que j'aime à me remémorer,

Elles font partie de mes plus beaux souvenirs,

De ceux que l'on raconte en riant aux veillées.

 

plage enfants

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 14:47

 

 

Du petit je ne voyais que les yeux :

Deux perles noires que rien n'habitait,

Le regard morne et trop silencieux,

De celui qui s'est déjà résigné.

 

La mère avançait d'un pas traînant,

Les yeux baissés sur la route sale,

La main tendue, en quête d'argent,

Serrant contre elle l'enfant trop pâle.

 

Dans leurs prunelles, le feu s'est éteint,

Recouvrant de cendre tous leurs espoirs.

Comment croire en de meilleurs lendemains

Quand l'horizon se résume au trottoir ?

 

Et notre insolente indifférence,

Parsemée de franche hostilité,

Est un affront à leur existence,

Une insulte à leur humanité.

 

Que retiendront-ils, tous ces petits,

Brinqueballés, accrochés à leur mère ?

Que retiendront-ils vraiment de la vie,

Eux qui ont déjà appris à se taire ?

 

misere.jpg

 

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 09:19

 

 

 

Sans un regard il est parti

S'en est allé vivre sa vie

Loin de ce monde un peu trop gris

Loin de ces gens, de leur mépris.


Il paie les fautes de ses aînés

Sans bien savoir ce qu'ils ont fait

Mais c'est sur lui qu'on fait peser

leurs vilénies et leurs méfaits.


Il part sans rien, main dans les poches

Loin de la ville et des reproches

Pour seul bagage une sacoche

Pour seul trésor ses vieilles galoches.


Regards en coin, inquisiteurs

Suivent son départ, accusateurs

Mais il n'est pas un déserteur

Il rêve seulement d'une vie meilleure.


Chemin faisant il prend conscience

Que chaque coup et médisance

Stigmatisaient leur impuissance

A assumer leurs négligences.


L'enfant de rien, du déshonneur

Ne veut plus vivre dans la peur

Ni dans l'attente de jours meilleurs

Alors il part loin des rancoeurs.


Il apprendra à être quelqu'un

A surmonter ces jours lointains

Où il était juste un pantin

A l'avenir plus qu'incertain.


Il deviendra un homme solide

Protégera les plus candides.

Les fils de rien, les apatrides

Ont désormais un nouveau guide.

 

enfant

Voilà un poème écrit il y a quelques temps mais que je fais remonter. Il doit faire trop chaud pour ma plume, qui refuse de se mettre au travail !

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 09:21

 

 

La chambre baigne dans une semi-pénombre,

Prêtant aux coins une sinistre profondeur

D'où semblent émaner quelqu'inquiétantes ombres

Qui se répandent sur les murs de la demeure.

 

 

Leurs tentacules froids sinuent le long des plinthes,

A la recherche du moindre rai de lumière

Aussitôt étouffé par la mortelle étreinte

De la bête silencieuse et meurtrière.

 

 

Peu à peu les ténèbres gagnent du terrain,

Le silence, imperceptiblement, s'épaissit,

Et le froid, insidieux, distille son venin,

Faisant frissonner la maisonnette endormie.

 

 

Les ombres s'en retournent alors à la chambre,

Glissant sur les draps qui recouvrent le dormeur,

Et s'enroulent prestemment autour de ses membres

En s'insinuant dans la tête du rêveur...

 

tentacules

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article

Présentation

  • : la plume de Magalune.over-blog.com
  •  la plume de Magalune.over-blog.com
  • : Quelques mots et histoires à partager, que ma plume capricieuse consent parfois à livrer.
  • Contact

Ecrire c'est...

« Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre, un morceau de ta chair reste dans l'encrier. »  

 

-Tolstoï-

AVERTISSEMENT

Toutes les photos utilisées sur ce blog sont prises au hasard sur internet. Si vous reconnaissez l'une des vôtres, n'hésitez pas à m'avertir si vous voulez que je la retire. je ne sais pas toujours quelles images sont libres de droit ou pas. Merci et bonne lecture !

Archives