Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 09:50

 

 

 

Le cœur serré

Ventre noué

Mes yeux cernés

Ont débordé

Larmes de peine

D'autres de haine

Contre les chaînes

Qui me retiennent

Gronde un orage

Qui me ravage

Souffle de rage

Qui me saccage

Que de colère

Pour une chimère

Et ce désert

Où je me perds

Trop de venin

Que je retins

Je rue en vain

Rien de bénin

Tomber de haut

Plus rien n'est beau

Vomir les mots

Trop grand fardeau

Tant de fureur

Assez de pleurs

Sourde douleur

Des hauts-le-coeur

Lassée de tout

Profond dégoût

Tenir le coup

Rester debout

Le cœur serré

Ventre noué

Envie d'hurler

J'ai la nausée...

 

dernier-poeme.jpg

 

Un poème qui ne date pas d'aujourd'hui (je suis toujours incapable d'aligner 3 mots) mais c'est celui qui se rapproche le plus de ce que j'aurais envie de hurler...

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 10:59

 

 

J'aimerais pouvoir vous narrer,

Au travers de quelques beaux vers,

Une histoire à faire rêver,

Un récit d'un autre univers,

Mais les mots ne font que pleurer,

Et s'alignent tous de travers.

 

Il me coûte de l'avouer

Mais j'évolue à l'aveuglette,

Je ne fais plus que griffonner

Quelques accords sans queue ni tête,

Je ne sais plus improviser,

Et croyez bien que ça m'inquiète.

 

L'inspiration s'en est allée,

Vers un ailleurs des plus lointains,

En me laissant désemparée,

Plume muette entre les mains,

A arpenter une contrée

Dont les sentiers sont incertains.

 

152-page-blanche

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 22:26

 

 

 

Il garde en souvenir une photo jaunie,

Un vieil instantané serré contre son cœur,

Datant d'un autre temps, témoin d'une autre vie,

Qu'il n'oubliera jamais mais cache par pudeur.

 

On attendait de lui, à son retour d'enfer

Un récit détaillé, presqu'une confession,

Personne ne comprit qu'il préférât se taire,

On prit pour de l'orgueil son vœux de discrétion.

 

Comment leur expliquer qu'il était mort là-bas,

Qu'il ne reviendrait plus, victime de l'horreur ?

Privé de son essence, il n'était qu'un corps las

Sans autre volonté que de fuir la douleur.

 

Quand il ferme les yeux, il revoit leur visage,

Il lui semble parfois percevoir leur parfum.

Il cède quelquefois à l'attrait du mirage,

Oubliant un instant leur funèbre destin.

 

Il caresse du doigt leurs traits presque effacés,

Et se laisse emporter par leurs tendres murmures,

Un sourire enfantin sur ses lèvres gercées,

Semblable aux garnements qui rêvent d'aventures.

 

C'est ainsi que la Mort est venue le cueillir,

Plus serein que jamais, pleinement détendu,

Entre ses doigts noueux, son précieux souvenir,

Impatient de revoir ceux qu'il avait perdus.

 

 

old_family_photo.jpg

 

 


Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 22:08

 

 

On découvre parfois, douloureusement,

Que l’on ne compte pas pour certaines gens.

Le réveil est brutal, l’aveu malheureux,

Comme un coup de poignard, un trait douloureux,

Une poigne de fer, qui vous broie le cœur,

Un tisonnier à blanc, qui remue l’intérieur.

 

On découvre souvent, dans la confusion,

Le désenchantement, la désillusion,

Le sentiment cuisant de l’indifférence,

Ce froid si particulier, toujours plus intense,

Qui dévore le cœur et fait frissonner

Même en pleine chaleur, les infortunés.

 

On découvre soudain, avec amertume,

Un brasier qui fait rage et qui nous consume,

Un puit tellement noir qu’il est impossible

De trouver un appui qui soit accessible

A l’esprit chancelant pour stopper sa chute,

Pour avoir un espoir de gagner la lutte.

 

kamilia88-vip-blog-com-850180loneliness.jpg

 

Parce que certains silences font plus mal que d'autres...


Bon maintenant je vais peut-être réussir à recommencer d'écrire sur des choses moins personnelles. Il fallait bien que les mots soient posés...

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 12:56

En panne d'internet depuis quelques jours et pour une durée indéterminée, je profite de quelques instants au boulot pour squatter l'ordinateur un moment. Il me faudra également racheter un écran, puisque le mien m'a lâchée. Bref période noire....Voici, en attendant, les seuls mots que j'ai été capable d'écrire, bien qu'ils ne retranscrivent en rien cette sensation de vide profond que j'ai toujours au creux du ventre et dans la tête. Quelques personnes sont heureusement à mes côtés (et je les en remercie chaleureusement), quand d'autres, dont le soutien me serait d'une aide précieuse, me manquent cruellement.

 Désolée donc pour ces derniers poèmes plutôt moroses, mais les mots ne veulent plus sortir. je passerai vous lire de tenps à autres quand j'aurai quelques instants de libre au boulot (c'est à dire bien peu). belle semaine à tous.

 

 

 

 

J'avance seule désormais,

Sur un chemin non balisé,

Dans un silence si épais,

Que tout repère est malaisé.

 

Privée de carte et de mes sens,

Trop engourdis par la douleur,

J'y évolue à contresens,

Anesthésiée par sa froideur.

 

Je reste assise longuement,

Les yeux fixés sur cette route,

D'où je contemple tristement

Les ravages de ma déroute.

 

Quelques amis à mes côtés

M'apportent un peu de chaleur,

Quand d'autres se sont éloignés,

Sans se soucier de mon humeur.

 

Sans doute un jour pourrais-je en rire,

En attendant, il n'en n'est rien.

Alors  je continue d'écrire,

Cela au moins me fait du bien...

 

2334834-3-loneliness3.jpg

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 11:20

 

 

Il me faudra toujours, me lever, m'habiller,

Préparer les enfants, les conduire à l'école,

Gérer le quotidien, m'en aller travailler,

Saluer les voisins, suivant le protocole.

 

Il me faudra toujours, remplir notre frigo,

Mitonner leurs repas, et tenir la maison,

Rassurer d'un baiser, d'une étreinte ou d'un mot,

Leur donner les moyens d'atteindre l'horizon.

 

Il me faudra toujours, cacher mon désarroi,

Faire bonne figure et retenir mes pleurs,

Étouffer mon chagrin et l'indicible froid

Qui habitent mon corps, ternissent les couleurs.

 

Il vous faudra toujours, pour savoir qui je suis,

Tolérer ma pudeur, vous armer de patience,

Respecter avec tact certains aprioris,

Ma grande retenue, mon excès de prudence.

 


 

route-desertique.jpg

 

Parce qu'une séparation, ça laisse des traces indélébiles...

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 07:00

 

 

Debout face à la mer,

Elle hurle sa douleur,

Eructe sa colère,

Déverse sa rancoeur

Contre la tyrannie

De cette fausse soeur,

Contre cette ennemie

Qui lui a pris son coeur.

 

Debout face à la mer,

Elle crie sa souffrance,

Clame le goût amer

De la désespérance,

De la froide morsure

Provoquée par l'absence,

De l'odieuse blessure

Chaque jour plus intense.

 

Dressée sur un rocher,

Elle défie les cieux,

brandit son poing levé

A l'intention des Dieux

Et des flots affamés

Qui dévorent les hommes,

Rognent leurs destinées

Sans un ultimatum.

 

196110.jpg

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 07:00

 

 

Ce matin un soleil timide

Est venu frapper au carreau,

Illuminant la salle vide

Qui avait été son bureau.

 

Figée au seuil de cette pièce,

Je contemple son souvenir,

Quelques bribes que je rapièce,

L'écho fugace de son rire.

 

Je me souviens avec tendresse

De ses yeux doux, de son regard,

Et de cette délicatesse

Qu'il témoignait à mon égard.

 

En cet instant je suis heureuse,

Je m'imagine à son côté,

Présence tendre et chaleureuse

Dont j'admirais la dignité.

 

 

piece-vide.jpg


Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 07:00

Une semaine de vacances se profile à l'horizon, je ne pourrai donc pas venir vous lire, mais me rattraperai à mon retour :-)

je vous souhaite une bonne semaine

 

Mag'

Repost 0
Published by Magalune
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 07:00

 

 

La Lune luisait d'un éclat féroce,

Déchirant la nuit et l'obscurité,

Ravivant le jour de façon précoce,

Donnant à ce lieu sa froide beauté.

 

Lorsque j'arrivais aux abords du lac,

J'entrevis soudain une silhouette,

Elle était penchée sur un curieux sac

Dont elle extirpa une soie violette.

 

La curiosité me fit ralentir,

Et je m'adossais contre un arbre mort,

je voulais savoir, avant de partir,

Ce qu'elle berçait tout contre son corps.

 

Je n'aurais su dire avec certitude

Ce que j'éprouvais à ce moment là,

J'étais fascinée par son attitude,

Sa fragilité, son étrange aura.

 

Ôtant le tissu d'un geste précis,

Je la vis sortir un petit violon,

Un bel instrument au bois bien poli

Dont la couleur miel tirait sur le blond.

 

Je fermais les yeux, saisie d'émotion,

Lorsque s'éleva une triste plainte,

Et je contemplais cette apparition,

Qui interprétait sa propre complainte.

 

J'étais envoûtée par la mélodie,

Le rythme traînant et les notes claires,

J'étais déchirée par cet air exquis,

Par cette musique extraordinaire.

 

Je suis restée là, pressée contre l'arbre

Perdant la notion du temps qui passait,

Je m'apparentais aux statues de marbre,

Sculptées dans le roc, figées à jamais.

 

Quand l'aube a pointé, le violon s'est tu,

Provoquant l'envol de quelques oiseaux,

Emportant au loin cet air inconnu,

Cette mélopée, sa légion de maux.

 

Le jour a rompu le charme puissant

Que la musicienne avait su tisser,

Mais ce matin là en s'en retournant,

Elle m'adressa un signe discret.

 

violon-noir

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article

Présentation

  • : la plume de Magalune.over-blog.com
  •  la plume de Magalune.over-blog.com
  • : Quelques mots et histoires à partager, que ma plume capricieuse consent parfois à livrer.
  • Contact

Ecrire c'est...

« Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre, un morceau de ta chair reste dans l'encrier. »  

 

-Tolstoï-

AVERTISSEMENT

Toutes les photos utilisées sur ce blog sont prises au hasard sur internet. Si vous reconnaissez l'une des vôtres, n'hésitez pas à m'avertir si vous voulez que je la retire. je ne sais pas toujours quelles images sont libres de droit ou pas. Merci et bonne lecture !

Archives