Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 08:00

Défi proposé par la communauté Croqueurs de mots, sur le blog d'Emma : http://poesienne.over-blog.com/

Merci à elle :-)

 

index-copie-3.jpg

 

 

Visiteurs des étoiles

 

     La porte de notre capsule s'ouvrit en sifflant. Nous étions 8, venus en éclaireurs fouler cette Terre que nous observions depuis si longtemps. Nous savions l'air respirable mais nous frémîmes lorsque nous en sentîmes le saveur douce et légère caresser nos voies respiratoires. Cet arôme, puissant, nouveau, grisant était aussi prometteur que tout ce que nous nous étions toujours imaginés. Un instant, la tête nous tourna, comme si nous avions abusé du Nectar d'Etoiles que l'on nous avait servi à la table du Haut Dirigeant avant notre départ. Une bouffée de cet air, une seule, parvint en l'espace de quelques secondes à nous replonger dans l'état qui était le nôtre lorsque nous n'étions encore que des jeunes et que nous jouions à "on dirait que"; "on dirait qu'on atterrissait sur la Terre."

Le même frisson d'excitation se répandit dans nos corps et c'est d'un seul mouvement que nous posâmes ensemble le pied sur cette planète.

     Soudain, les sensations explosèrent toutes en même temps, se bousculant dans notre chair, notre esprit, nous électrisant de la pointe des pieds à la racine de nos cheveux argentés comme la Lune. Je crois même que nous oubliâmes de respirer durant cette fraction de seconde. Lorsque nous redevînmes suffisamment maîtres de nous-mêmes pour le faire, nous étions aussi abasourdis que si nous sortions d'un orage intersidéral, qui nous aurait secoué en tous sens.

 

     Non loin de nous se dressait une silhouette majestueuse que nous reconnûmes comme étant un arbre, un chêne plus précisément. La rumeur prédisait que notre nature nous permettrait d'entrer en contact avec le coeur de la planète par le simple biais d'un contact physique. Nous décidâmes de tenter l'expérience sur le chêne et nous en approchâmes avec déférence. Rapidement, il nous sembla percevoir un courant singulier circuler dans nos veines, une pulsation, de plus en plus forte, qui nous rendait avides d'apposer nos mains sur le tronc rugueux. Nous encerclâmes l'arbre et répondîmes à son appel.

     Ce que nous avions expérimenté au contact de l'herbe soyeuse sous la plante de nos pieds ne nous avait cependant pas préparés à cette nouvelle explosion de sensations. Nous ne saurions dire avec précision combien de temps nous restâmes ainsi en communion, subjugués, émerveillés par les richesses et les beautés que la Terre abritait et acceptait de partager si intimement avec nous, visiteurs des étoiles. Nous étions à peine remis de la déconnexion qu'un son discordant, tout proche, nous tira de notre torpeur. Nous fîmes volte-face d'un seul tenant. Il nous fallut un instant pour réaliser que nous étions en présence d'un Humain, un habitant de la Terre dont nous avions eu l'occasion de contempler quelques reproductions rapportées d'expéditions précédentes assez lointaines.

 

     Les histoires les plus folles couraient au sujet de cette espèce et une crainte primale, inculquée dès nos jeunes années, s'éveilla en nous. Nous y avions été préparés et réussîmes vite à reprendre nos esprits et à retrouver notre calme. Curieux, nous fîmes alors un pas dans sa direction.

    L'Humain ouvrit la bouche, sembla suffoquer, être sur le point d'émettre à nouveau ce son qui nous avait dérangé un peu plus tôt. Ses yeux, exhorbités même pour un Humain, reflétaient une peur aussi intense que celle qui se lisait dans les prunelles de nos jeunes lorsqu'ils se racontaient des contes et légendes de la Terre, tard dans la nuit, l'ombre de leurs visages renforcée par l'éclairage si particulier des Lumi-poussières pour jouer à s'effrayer. Le personnage s'écroula et resta inerte, à quelques pas de nous. Nous nous en approchâmes silencieusement et, après un long moment d'hésitation, nous résolûmes à toucher sa peau.

     Si nous avions apprécié le contact de l'arbre sous nos mains, il en fut autrement avec l'Homme qui avait perdu connaissance. Un hoquet collectif nous rejeta en arrière, rompant brutalement le contact avec l'être étendu à nos pieds. Nous nous éloignâmes prudemment de lui et regagnâmes notre capsule.

 

     Quelques minutes plus tard, dans le plus grand silence, nous faisions route vers notre propre planète, perdus dans notre réflexion bouillonnante d'où ressortait clairement une seule question : Comment une planète aussi belle, accueillante et si pleine de ressources avait-elle pu engendrer des êtres aussi irrespectueux et tolérer qu'une espèce pareille la colonise ?!

 

Les rumeurs étaient donc fondées. Comme le disent les Humains : Il n'y a pas de fumée sans feu...

 

 

 

Fin du journal de bord de l'expédition QP38-2011.

 

 

images-copie-4.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Magalune - dans Histoires courtes
commenter cet article

commentaires

Nokomis 31/12/2011 13:08

Maintenant que 2012 frappe à la porte, je passe te souhaiter un joyeux réveillon et aussi tous mes voeux pour l'année prochaine. Bisous Mag

Magalune 01/01/2012 10:15



Merci Nokomis. Mes voeux pour toi également. Puisses-tu encore nous faire rêver cette année avec tes superbes photos ;-)


bisous



Yves Lefèvre 30/12/2011 20:47

Bonsoir Magalie
Oui comment , il ne faut pas être un extra terrestre pour aussi ce poser cette question
Je voudrais te souhaiter une année 2012 beaucoup plus joyeuse que 2011, quelle te préserve de la maladie, t'apporte la prospérité et comble tous tes vœux
Bonne fin d'année
Bises
Tony Yves

Magalune 01/01/2012 10:14



Merci pour tes voeux Tony Yves. Qu'il en soit de même pour toi :-)


Bises



les mots écrits de Jonas D. 27/12/2011 23:57

Jolie rencontre, belle SF ! Ton imagination est une denrée inépuisable, gratuite, que tu trouves dans un pays sans fois ni lois, un pays idéal, le tien ! L'aventure peut continuer... Bises.
Jonas

Magalune 29/12/2011 20:40



Sur ce thème là, elle continuera. Nina m'a donné une idée pour la prochaine histoire, que j'ai écrite en lien avec celle là.


belle soirée


bises



Didier René 27/12/2011 21:28

bonsoir Mag
une lecture qui nous tient en suspens du début à la fin
belle imagination j'ai aimé ..un bon retour à l'écriture
merci pour ce bon récit ..gros bisous..

Magalune 29/12/2011 20:38



Contente que tu aies aimé :-)


A bientôt


bisous



Emilie 27/12/2011 09:36

Bonjour,

Un texte à réflexion.
Comment ne pas avoir envie d'être un arbre ?!
Merci pour cette lecture.
Bonne journée

Magalune 27/12/2011 12:54



Merci de ton passage ici. C'est vrai que ça donne plus envie d'être un arbre qu'un humain ce texte. Mais je n'oublie pas pour autant qu'on peut avoir quelques bons côtés :-)


bonne journée



Présentation

  • : la plume de Magalune.over-blog.com
  •  la plume de Magalune.over-blog.com
  • : Quelques mots et histoires à partager, que ma plume capricieuse consent parfois à livrer.
  • Contact

Ecrire c'est...

« Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre, un morceau de ta chair reste dans l'encrier. »  

 

-Tolstoï-

AVERTISSEMENT

Toutes les photos utilisées sur ce blog sont prises au hasard sur internet. Si vous reconnaissez l'une des vôtres, n'hésitez pas à m'avertir si vous voulez que je la retire. je ne sais pas toujours quelles images sont libres de droit ou pas. Merci et bonne lecture !

Archives