Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 11:05

 

 

 

Parfois les larmes sourdent au coin de ses yeux,

Larmes qu'elle essuie d'un revers de main hargneux,

Sans prendre garde aux regards de quelques curieux

Qui s'interrogent sur ce chagrin silencieux.

 

Mais comment pourrait-elle bien leur raconter

Que la fin de sa vie a été programmée,

Que jamais plus elle ne pourra venir flâner

Dans ce parc aux allées si souvent empruntées.

 

Jamais plus elle ne viendra s'asseoir sur ses bancs,

Parce qu' « on » a décidé de son placement.

Jamais plus elle ne confiera sa peine au vent

Puisqu' « on » a décidé de son enfermement.

 

Elle n'est plus qu'une vieille femme qu' « on » ignore

Dont « on » a, sans la consulter, scellé le sort.

Peu importe qu'elle pleure ou qu'elle implore,

Son départ est fixé pour demain, aux aurores...

 

Elle n'aura pas eu la liberté de choisir,

« On » a décidé pour elle de son avenir,

Sans prendre en compte ses attentes, ses désirs,

Sans réaliser qu'ainsi, « on » l'envoyait mourir...

 

2187738077 1

Partager cet article

Repost 0
Published by Magalune - dans poèmes
commenter cet article

commentaires

sweet 19/10/2010 22:25


Ton poème me touche...
car une personne chère a été placée de cette façon et l'on a rien pu faire, les rares âmes à avoir plaidé sa cause aux "décideurs" . C'est terrible de ne pas pouvoir faire le deuil de sa vie qu'on
laisse derrière soi sans le savoir vraiment , et sans le préparer...
belle image sur un texte splendide... tu dénonces une arocité trop souvent commise sous le couvert de l'amour...


Magalune 23/10/2010 11:20



Quand encore il reste de l'amour.... j'ai envie de dire que le mal est moindre (c'est purement provocateur, hein, car les ravages chez les personnes placées n'en sont pas moins destructeurs). On
a parfois l'impression que c'est fait sans réfléchir, pour se débarasser d'un prolème encombrant dont on ne savait plus quoi faire...


Mais ce poème est pour tous ceux qui ont souffert ou souffriront un jour de cela.



écéa 03/10/2010 15:52


Bonjour Magalie,
Poème poignant de par sa vérité aussi cruelle soit-elle combien subissent ce sort de la part de leur propre famille, de leurs propres enfants, c'est inadmissible, cela devrait être interdit que de
telle décision soient prise sans tenir compte de l'avis de la personne concernée...
Amicalement...écéa.


Magalune 06/10/2010 08:36



C'est un thème qui me touche beaucoup.ça me fait mal de penser que la vieillesse nous prive de certains droits, dont celui, fondamental, de participer aux décisions concernant sa propre vie.



Nina 01/10/2010 11:13


Depuis longtemps j'ai décidé : je fais ce que je veux.
Avant qu'un "on" intervienne, je me casse.


Présentation

  • : la plume de Magalune.over-blog.com
  •  la plume de Magalune.over-blog.com
  • : Quelques mots et histoires à partager, que ma plume capricieuse consent parfois à livrer.
  • Contact

Ecrire c'est...

« Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre, un morceau de ta chair reste dans l'encrier. »  

 

-Tolstoï-

AVERTISSEMENT

Toutes les photos utilisées sur ce blog sont prises au hasard sur internet. Si vous reconnaissez l'une des vôtres, n'hésitez pas à m'avertir si vous voulez que je la retire. je ne sais pas toujours quelles images sont libres de droit ou pas. Merci et bonne lecture !

Archives